lavage mort islamAs selem aleykoum les filles,

On continue « la série » rappel sur la mort, aujourd’hui je vous propose d’en (re)découvrir un peu plus sur le lavage mortuaire par le biais de ce témoignage. (qu’Allah taala récompense grandement cette soeur).

Rappel : Qui peut laver le mort — Sheikh Ibn Baz a dit que « la priorité revient à la personne qui a été désignée dans le testament du défunt. Si personne n’a été désigné, il n’est pas nécessaire que la personne qui lave fasse partie de la famille, du moment qu’elle est une personne digne de confiance, bonne et expérimentée ».
D’où l’interêt pour chaque musulman de rédiger un testament de son vivant, qui devra être respecté lorqu’il est conforme à la Sunna. Le prophète (alayhi salât wa selem) a dit : « la personne musulmane qui a quelque chose à léguer, il ne lui appartient pas deux nuits sans que son testament ne soit écrit auprès d’elle ».  Vous pouvez imprimer un testament (ici)
  • Depuis combien de temps es tu laveuse?

Al Hamdulilah, voilà 3 ans que je suis au service d’Allah Ta’ala et de la communauté.

  • Qu’est ce qui t’as poussé à le devenir?

C’est lors de décès de mes proches. En effet je me suis retrouvée dans l’incapacité de pouvoir gérer des funérailles. Même avec les membres de ma famille décédés je ne savais pas ce qui fallait faire ni comment organiser leur toilette rituelle. Et ça a été comme un « électrochoc » de voir des personnes extérieures de la famille s’occuper de mes défuntes… Qui plus est il s’est passé des choses durant les décès qui n’avait aucun rapport avec l’islam ou la sunnah du Prophète (alayhi salât wa selem) et malheureusement je n’avais pas le recul et la connaissance nécessaire pour « contrer » ces pratiques.

  • Qu’est ce que tu aimes le plus dans ce « travail »?

Al Hamdulilah, pendant la toilette rituelle je me sens proche de mon Créateur. Et puis c’est un peu comme mon « garde fou ». Ce travail bénévole me permet de garder les pieds sur terre si je puis dire et de ne pas oublier que peu importe qui nous sommes nous finirons tous de la même manière.

  • Comment s’effectue (en résumé) une toilette? 

Dans l’ensemble nous faisons les petites et grandes ablutions sur la défunte. Nous utilisons ce que nous a été conseillé le camphre à savoir le jujubier (shampoing naturel), le camphre (éloigne les insectes et laisse une odeur rafraîchissante) et du musc (on en met sur les 7 endroits de prosternation) on utilise aussi du hnout pour parfumé le linceul.
Après concernant  les gestes techniques nous manipulons la défunte avec beaucoup de douceur avec pour règle d’or : ne jamais la dénuder entièrement; un tissu recouvre entièrement sa awra (poitrine, genoux) tout au long de la toilette. 
La partie finale de la toilette qui est peut être la plus technique est la pose du linceul.

(NDLR : ceci est un petit résumé pour plus de détails nous vous conseillons de lire des ouvrages notamment : Les Rites Funéraires et leurs Innovations de cheikh al Albani)

  • Quel est le matériel nécessaire?

Pour nous les laveuses nous utilisons des tabliers, gants, manchettes, sur chaussures (jetable). En effet nous intervenons dans les morgues, les instituts médicaux légaux et même les défunts peuvent être porteurs de maladies graves donc il est important de se protéger et de ne pas ramener les microbes à la maison.
Pour la défunte c’est ce que j’ai cité plus haut à savoir jujubier, camphre, musc et hnout.
Nous utilisons aussi des serviettes et des gants à usage unique. Je tiens à préciser que notre matériel est biodégradable et que même lorsque nous lavons une défunte nous faisons attention à ne pas gaspiller de l’eau.

  • Qui achète le matériel?

Nous commandons notre matériel sur des sites spécialisés.

  • Comment se déroule la formation de laveuse?

Il y a d’abord la formation théorique avec un rappel sur la mort, l’organisation des funérailles selon la sunnah. On présente aussi les qualités requises pour devenir laveuse. Et puis il y’a la formation pratique où on expose le matériel utilisé et on pose le linceul sur une volontaire de la salle. Il n’y a pas de secret, seule la pratique réelle dans une morgue nous montre si nous « sommes faits » pour ce travail là.

  • Comment es tu prévenue lors d’un décès?

Soit les pompes funèbres nous appelle directement soit des familles nous contacte et nous demande de nous occuper de leurs défunts. Cela peut être à n’importe quelle heure.

  • Combien de bénévoles sont nécessaires pour un lavage?

Pour une adulte 3 personnes même si à 2 c’est faisable. Mais il est rare de connaître la corpulence de la défunte en avance donc par sécurité nous y allons à 3.
Et pour un enfant ou un bébé, une personne est nécessaire mais ces cas là sont difficiles. Nous sommes la plupart maman et voir un enfant mort fait beaucoup de peine même si nous savons que sa place est au paradis al hamdulilah. Alors pour se soutenir psychologiquement nous y allons a 2.

  • Combien y’a t’il de bénévoles au sein de l’aumônerie? est ce suffisant ? 

Au sein de l’aumônerie régionale je ne connais pas le chiffre exact; peut être entre 70 et 80 (femmes et hommes compris) l’effectif est suffisant el hamdulilah mais au fil des années les gens ne restent pas .

Il y’a des nouvelles mais ça prend du temps de les former et souvent elles ne tiennent pas .

Une soeur récemment nous a « harcelé » car elle voulait à tout prix intégrer l’aumônerie et au bout de deux missions, elle n’a plus voulu faire partie de l’équipe Kheir Inch Allah elle a forcément ses raisons mais je veux dire par là que beaucoup prennent à la légère la notion d’ENGAGEMENT. Pour la pérennité de l’association c’est la base, Soubhanallah Nous aurons des comptes à rendre sur l’engagement pris pour Allah et pour la communauté ! et parfois les bénévoles se rendent compte que ce « travail » fissabillah est prenant. Sans soutien des proches il est impossible de tenir.

  • Comment se déroule une journée type?

La plupart des toilettes sont très tôt le matin, entre 6h30 et 7h. Elles sont rarement l’après midi. Une toilette dure environ 1h. Ce temps est parfois court mais nous nous plions à l’exigence du commissaire qui vient sceller le cercueil.
Certaines pompes funèbres acceptent de nous laisser prendre le temps qu’il faut.
En gros le temps de faire la toilette, de présenter les condoléances à la famille il nous faut 2h.

  • Quels sont les précautions à prendre avec le défunt?

Il faut avoir beaucoup de délicatesse!! Ceux sont pour la plupart des corps qui sont resté dans les frigos de la morgue, ils sont donc très rigides alors il faut manier les membres tout doucement.
Pour un corps dont la toilette se fait à domicile nous sommes prudentes aussi car le corps peut être lourd et donc il faut là aussi manier les membres doucement.
Nous ne touchons pas un défunt avec nos mains et ce, je le répète, par mesure de protection.

D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Casser un os d’un mort est comme le casser alors qu’il est vivant ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3207 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

  • Faut il avoir le cœur bien accroché pour exercer?

Une chose est sûre il ne faut pas appréhender de voir un mort!  Alors oui il faut avoir le coeur bien accroché car nous ne savons jamais à quoi nous attendre. Il ne faut pas non plus « craindre » les odeurs. Une personne sensible ne peut pas le faire.

  • Quelles sont les qualités requises?

Premièrement la discrétion . En effet il nous est interdit de divulguer ce qu’on a vu même à la famille proche. Il est important aussi de ne pas « scruter  » le défunt lors de la toilette ou même de montrer sur notre visage que l’on peut ressentir du dégoût ou de la peur. Parfois un membre de la famille peut participer à la toilette donc il est capital de ne rien laisser transparaitre.
Ensuite il faut beaucoup de maturité. Ce n’est pas une question d’âge mais il faut savoir pour quoi et surtout pour qui on fait ça et d’un point de vue personnel il faut un minimum de piété avant de se lancer là dedans.

Certes, nous ne connaissons pas le degré de piété de chacun et c’est un bienfait mais faire une toilette rituelle ce n’est pas un « jeu » . On ne fait pas ça pour se dire « je veux voir ce que ça fait de voir un mort  » ou « je veux juste regarder « . C’est une œuvre qu’Allah regarde particulièrement. Soit on fait ça avec une intention sincère et honnête en espérant la satisfaction d’Allah et aussi les récompenses; soit on fait ça par ostentation ou avec une mauvaise intention et Allah nous jugera sévèrement.

Soubhanallah, nous sommes confrontées de très près à la mort; il peut arriver qu’Allah par Sa grandeur et Sa puissance nous montre Ses signes lors d’une toilette, Voilà pourquoi il faut faire très attention à nos intentions et enfin une dernière qualité la disponibilité . Nous sommes une équipe complémentaire, nous comptons sur Allah et par la cause des unes et des autres donc il est important de respecter les disponibilités qu’on donne .

  • Comment gères tu la relation Avec les familles musulmanes?  Non musulmanes ?

Il est important d’être douce dans nos paroles, peu importe si la famille est pratiquante ou pas. Nous ne sommes pas là pour juger. Nous sommes là dans un premier temps pour donner les droits à la défunte et aussi pour soutenir la famille endeuillée. Ils sont tristes parfois en colère voire très en colère .
Pour les familles non musulmanes ils sont beaucoup dans les questions, les interrogations … Généralement ils respectent la décision de la défunte d’être enterrée selon les rites musulmans. Dans tous les cas peu importe la croyance de la famille nous partageons leur peine et sommes là pour les écouter et parfois pleurer avec eux.

  • Quels sont les situations les plus délicates auxquelles  tu as été confrontée  ?

Alors concernant les défuntes je resterais discrète. Seuls les grand savants ont ce « droit » de nous faire part des situations complexes avec les défunts. Car le plus souvent, ils ont l’explication face à un corps qui n’est pas comme les autres.

Concernant les familles le plus dur est de faire taire les traditions qui n’ont pas lieu d’être lors de la toilette rituelle comme laver le mort avec l’eau de zamzam, lui mettre du henna ou un coran dans le cerceuil sont parfois le souhait des familles. Pour certaines il est très délicat de leur dire que la sunnah nous l’interdit. Pour quelques familles nous ne sommes pas crédibles car vu que nous sommes une équipe « jeune  » (25-45) ils se disent que nous n’avons pas les connaissances requises et ne nous font pas confiance .
Et puis nous notre politique et de jeter toutes les affaires de la défunte . Premièrement parce qu’elles sont souillées et deuxièmement car nous ne voulons pas que les familles s’en servent de « grigri » ou pire pratique la sorcellerie avec. Nous sommes très vigilantes à ce niveau là; nous ne laissons jamais la défunte « sans surveillance « .
Il m’est arrivé de me faire agresser verbalement par des familles car selon elle je n’avais pas le droit de jeter les affaires. Lorsque cela créé trop de fitna nous rendons les affaires à la famille .

  • Que  ressent tu en rentrant juste après chez toi ?

Alors je suis très fatiguée. C’est une fatigue psychologique qui m’oblige à dormir un peu.
Je me sens comme « vidée  » et à chaque fois, la nuit arrivée j’ai besoin de pleurer, pleurer car je ne pleure jamais devant les familles .
Je ressens aussi une angoisse (ce qui est normal) car je sais qu’un jour mon nom sera écrit sur le cercueil . Cette angoisse al Hamdulilah disparaît au matin mais plus les années passent et plus elle est intense; peut être parce que je me rapproche de plus en plus de ma tombe. Je pense aussi beaucoup à la défunte, à sa première nuit dans la tombe et je fais des douas pour elle et demande pardon à Allah si j’ai mal fais.

  • Le fait de laver des morts est ce que ça a un impact sur ta propre vie?

Oui, car c’est une activité pas comme les autres. Désormais  je fais mes ablutions comme il faut soubhanallah, je m’applique tout comme je le fais sur la défunte .
Je me rends aussi que cette mort qui nous effraie par son étrangeté m’est devenue « familière ». En effet je ne cesse de lire et de relire ou d’écouter sur tous les domaines concernant la mort. Je pourrais en parler pendant des heures. Ça peut paraître bizarre mais cette mort est proche de nous ; nous devons nous y préparer . Souvent je me dis et si là je meurs est ce qu’Allah serait satisfait de moi ??

  • Comment ta famille percoit cette activité ?

Ils ont été « choqués » mais ils m’ont toujours soutenue. Après on en parle très rarement car je veux éviter les questions trop indiscrètes concernant les défuntes .

  • Quels sont les choses importantes que nous devons savoir ? (notamment par rapport au vernis) 
Soubhanallah, si nous sommes face à une soeur qui a du vernis l’une s’occupera uniquement de lui enlever, certes cela prendra du temps mais les deux autres pourront s’avancer, 
(car il est important qu’il ne reste aucune trace de vernis, par contre nous ne ne coupons pas les ongles).
Après, Ce qui est important est de ne pas délaisser ses obligations religieuses (notamment la prière)  … Il faut savoir que lors d’une toilette rituelle les faux ongles sont impossibles à enlever , les faux cheveux c’est très délicat … Et il faut avoir une bonne hygiène de vie … On ne sait pas quand on va mourir… Je vous laisse comprendre (sourire).

Ndlr, rappel concernant les faux cheveux : Dans le Sahîh de Mouslim, il est rapporté d’après Asmâ’ bint Abou Bakr (Qu’Allah soit satisfait d’elle) qu’elle a dit :  

Une femme vint trouver le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et lui dit :

« O Envoyé d’Allah, je viens de marier ma fille et, à la suite d’une rougeole, ses cheveux sont tombés; puis-je lui mettre des faux cheveux? ».

Il répondit : « Allah maudit les femmes qui mettent aux autres des faux cheveux et celles qui s’en font mettre ».

Concernant les faux ongles : Il n’est pas permis d’utiliser des ongles artificiels Fatwa numéro 20840  Comité permanent [des savants] de l’Ifta

Concernant le fait de ne pas se couper les ongles : (…) De la même façon, il n’est pas permis à celui qui n’a pas d’excuse valable de dépasser ce délai fixé à quarante jours pour se raser les poils pubiens ou couper ses ongles ou pour toute chose faisant partie des dispositions de la saine nature. cheikh Al Albani.

  • Quels conseils donnerais tu à quelqu’un qui a envie de le faire aussi ?

Je lui conseillerais premièrement de faire douas ! Seul Allah sait ce qui est bon pour nous . Parfois on veut faire quelque chose à tout prix mais on ne sait pas si au final on va réussir . Moi la première j’ai fais beaucoup d’invocations pour qu ´Allah me guide vers ce qui est bon pour moi. Je conseille aussi de renouveler son intention à chaque toilette et ce pour ne pas tomber dans l’ostentation et toujours se dire je fais ça pour rechercher la satisfaction d’Allah.

  • Un petit mot de la fin ? :

je dirais à toutes mes soeurs de ne pas oublier la mort . La vie d’ici bas est faite d’artifices qui nous éloignent de plus en plus de notre Créateur. Je me fais ce rappel à moi même aussi … Beaucoup de défuntes sont jeunes voire très jeunes ; ce sont des morts subites (accident, meurtre, maladie foudroyante … ) et il faut chaque jour se demander : « suis je prête à mourir aujourd’hui ?? ».

FAQ ouverte : Vous pouvez poser vos questions en commentaire à cette soeur et elle y répondra dès que possible insha’Allah; ne manquez pas de faire des dou3a pour elle. 

Opt In Image

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *






Comment *